Oops!

For a better experience, please use one of these browsers:

Chrome
Download
Firefox
Download
Safari
See website anyway.
× Promo décembre, effectuez un achat en ligne et recevez un volta gratuit. December deal, make an online purchase and receive a free volta. Promo décembre, effectuez un achat en ligne et recevez un volta gratuit. December deal, make an online purchase and receive a free volta. Promo décembre, effectuez un achat en ligne et recevez un volta gratuit. December deal, make an online purchase and receive a free volta.

L'odyssée de Marie-France

Marie-France est une passionnée des produits de santé naturels pour maintenir une santé et une vitalité optimale. Naturopathe de formation, elle est représentante des ventes chez Land Art depuis 2015.

On peut dire que l'année 2018 a été mouvementée. Elle fut à la fois l'une des pires de ma vie et l'une des meilleures. Encore tout excitée d’avoir emménagé avec mon amoureux dans notre nouvelle maison, j’apprends que mon papa est décédé subitement. Je n’avais plus aucune relation avec lui; c’est précisément pour cette raison que ça a été difficile à encaisser. Auparavant, j’avais encore la possibilité de créer un lien avec cet homme. Une toute petite brèche d’espoir qu’un jour, nous allions nous parler, pleurer un bon coup et enfin avoir la relation père-fille tant rêvée. Mais tout a basculé début mars. J’ai pris les trois jours règlementaires offerts par mon employeur pour organiser les funérailles, puis j’ai continué comme si de rien n’était. J’ai joué à la fille forte et je me suis tapé une solide dépression, que même moi n’ai jamais vu venir. Mon été, je l’ai passé les rideaux fermés, habillée en « mou » à écouter Netflix du matin jusqu'au soir. J’ai « travaillé » sur moi avec un psy ennuyeux qui m’était tout à fait antipathique. J’ai pris les médicaments qu’on m’a suggéré de prendre et malheureusement, j’ai subi tous les effets secondaires mentionnés en petits caractères au bas de la feuille donnée par le pharmacien.

C’est un peu pour faire un pied de nez à ce médiocre début d’année que j’ai décidé sur un coup de tête d’accepter l’offre que Facebook me faisait de m’évader pendant dix jours au Costa Rica. Bien que je connaissais l’organisatrice, je suis partie seule avec ma nouvelle valise à roulettes et seize inconnus de tous les âges et de partout au Québec. Un voyage de yoga, moi qui n'ai à mon actif que trois cours; voilà qui promet ! C’est donc par un 17 novembre assez frisquet que je suis partie, très tôt, vers ce qui aura été l'un des plus beaux voyages de ma vie.

Jour 2

Je passe volontairement sur la description du jour un, puisque c’est principalement une journée de transport en taxi, en avion puis en voiture sur des chemins de gravier, vers notre destination. Il est près de 23 heures lorsqu'on arrive finalement au gîte qui nous servira de domicile pour les trois prochaines nuits. L'obscurité est totale, je suis épuisée. Je m’effondre sur mon lit en espérant que je ne ronflerai pas trop; ce n’est pas la première impression que j’ai envie de laisser à ma coloc des prochains jours, avec qui je partage ma chambre. C’est un singe hurleur qui me réveille le lendemain matin; croyez-moi, ils portent bien leur nom ! Notre chambre donne sur la cour intérieure du gîte. Difficile de trouver les mots pour décrire le spectacle qui s’offre à moi dès que j’ouvre la porte : la végétation est abondante, les arbres matures offrent juste assez d’ombre pour nous tenir au frais, les fleurs sont spectaculaires et rivalisent de beauté. Tout est vert, jaune, rouge, violet... Je n’ai jamais rien vu de tel. L’air est bon et chaud. Au bout du chemin de gravier, une piscine invitante est entourée d’arbustes à fleurs multicolores. À gauche, une plateforme en bois de bambou a été aménagée qui fait office de studio de yoga. Partout autour, des hamacs nous convient à la détente. À droite, une salle à manger à aire ouverte avec de jolies chaises à coussins jaunes et orangés. Le menu déborde de suggestions alléchantes, mais ce sont les fruits qui attirent mon attention : papayes, mangues, melons d’eau et ananas. Tout est parfait ! Et que dire du café au Costa Rica : savoureux ! Le séjour débute bien évidemment par un cours de yoga. Cette première séance est... comment dire… particulière. Je ne sais pas si ce sont les mots de notre yogi ou le stress qui disparaît tout à coup, mais je me mets à pleurer. Je pleure et pleure encore. En silence et sans sanglots. Juste des larmes qui coulent sans que je puisse contrôler quoique ce soit. Je me fous qu’on me voie, qu’on me juge. Je pleure et ça me fait un bien immense.

Jour 3

Vamos a la playa !

Jour 4

Les rues de Santa Teresa sont en gravier. Les touristes se déplacent à pied ou en véhicule tout-terrain. Omniprésente, la poussière est soulevée chaque fois qu’une automobile passe près de nous à toute allure. La façade de chaque édifice est sale, de sorte que les enfants s’amusent à dessiner des bonhommes allumettes dans les fenêtres. Chaque restaurant, chaque hôtel ou magasin cache une cour intérieure luxuriante, fleurie et coquette. On ressent une énergie boho-hippie-chic. Chaque endroit mériterait de figurer sur Pinterest. Je m'efforce de garder ces images en mémoire pour  insuffler éventuellement un peu de ce style dans mon chez-moi, à mon retour. Les restaurants sont merveilleux. On y mange des fruits et des légumes exotiques parfaitement mûris sur l’arbre, mais aussi du poisson frais pêché le matin même. La gastronomie est simple, abordable et délicieuse, et ce, partout. Même mon petit sandwich acheté à la va-vite à l’aéroport était magique ! Le yoga me fait du bien. Dans ce climat humide et chaud, j’arrive à atteindre une amplitude de mouvement qui m’impressionne moi-même. L’air est bon, je me couche tôt et je suis debout d'assez bonne heure pour voir le soleil se lever sur la plage. Les habitants sont magnifiques, bronzés, musclés. Surfer là-bas n’est pas un sport mais un mode de vie. Pura vida ! C’est ce qu’on nous dit partout. C’est leur formule pour dire « bonjour », « merci » et « au revoir ». J’adore le Costa Rica !

Jour 5

Jour de transition. On quitte la merveilleuse Santa Teresa pour se rendre plus au sud, à Osa. Notre demeure est constituée de vieux conteneurs de transport recyclés en chambres de luxe. Chacun de ces conteneurs est relié aux autres par une passerelle de bois, et partout autour la nature explose ! Encore des fleurs, des arbres, des lianes, verts, rose et mauve. C’est grandiose ! L’originalité de ce gîte mérite un 10 sur 10 ! Les propriétaires, des  Américaines, ont tout laissé de leur ancienne vie pour venir s’établir ici et enseigner le yoga. Voilà encore un excellent exemple de la pura vida. En chemin, nous avons visité un parc national extraordinaire. Je n’ai jamais vu de paysages aussi grandioses. Me retrouver face à cette nature a une fois de plus fait remonter jusqu'aux larmes des émotions insoupçonnées. Aucune tristesse, juste du beau. Des liens d’amitié se sont tissés entre moi et plusieurs des voyageurs. Moi qui avais des envies de solitude et de réflexion, je me suis retrouvée entourée de gens – des femmes pour la plupart –, qui ont tous une histoire passionnante à raconter. Le jour, chacun de nous vaque à ses occupations, comme si chacun comprenait le besoin de l’autre de se retrouver seul pour méditer et réfléchir. Puis, le soir, nous soupons tous ensemble, discutons et nous racontons notre journée. Cet esprit de communauté qui se crée au fil des jours me fait réaliser que je suis un être très sociable. J’aime les gens pour ce qu’ils ont à raconter, mais aussi pour ce que moi, j’ai à leur apporter. Je me rends compte que mon été encabané m’a fait du bien, mais il était grand temps que je sorte de ma torpeur. Là-bas, on me parle avec intérêt de ma profession et de mes études en naturopathie. On me consulte et on me demande conseil, ce qui rallume une petite flamme que je croyais éteinte. Je suis naturopathe. Je l’avais presque oublié; je m’étais presque oubliée.

 

Jours 6 à 10

La plus grande partie du voyage est presque derrière moi. Je vois le retour d’un bon œil. J’ai hâte de revoir ma famille. Les trois dernières nuits ont été particulières. Treize d’entre nous avons partagé un dortoir sans air climatisé, avec des lits superposés et une seule salle de bain. Ce séjour m’a permis de constater que mon seuil de tolérance est assez élevé. Je suis résiliente et je m’accommode de peu. On ne peut en dire autant de toutes les chambreuses… Disons que la vraie personnalité de chacune s'est révélée lors de ce séjour. Vivre en groupe avec une telle proximité apporte son lot de défis. Mes années de pensionnat au secondaire m’ont sans doute bien préparée pour ce genre de situation. L’endroit n’en demeure pas moins sublime. Situé au sommet d’une montagne avec une vue à couper le souffle sur la mer, ce gîte privé est le dernier qu’il a été permis de construire avant que le gouvernement costaricain convertisse ces terres en parc national. Complètement autonome en électricité et en approvisionnement en eau potable, ce complexe se compose d’une dizaine de petits chalets reliés entre eux par plusieurs chemins de pierre sinueux, entourés d’arbres et de lianes. Je suis persuadée qu’un tel décor aurait été parfait pour tourner un film de hobbits et de fées ! C’est aussi là que j’ai dû être plus patiente et douce envers moi-même. Vous voyez, quand une salle de yoga offre un miroir, il est extrêmement facile de tomber dans l’autocritique et le jugement de soi, en oubliant tout ce que l'on a amélioré depuis le début du séjour. Je me trouvais moins souple que ma voisine de gauche, moins jolie que celle de droite et drôlement moins habile que tout le groupe. Tous mes efforts de concentration étaient vains, et au lieu de méditer sur ma respiration, je ne voyais que mes bourrelets et mes cheveux collés à mon front à cause de la sueur et de l’humidité. Encore heureux que nous n’ayons fait qu’une seule séance dans ce local, ça aurait suffi à m’empêcher d’y retourner ! Bon, j’exagère un peu, mais cette expérience m’a fait prendre conscience que je n’étais pas très indulgente à mon égard. Avant d'apercevoir mon reflet, j’étais fière de moi, j’arrivais à suivre un groupe de gens plutôt avancés dans leur pratique du yoga. J’étais passée de trois ou quatre cours de yoga à vie à deux cours par jour ! Et voilà qu’un face à face d'une heure avec mon reflet me démoralisait, assez pour remettre en question ma présence à ces cours pour le reste du voyage. Heureusement, je me suis vite reprise. S'aimer soi-même, ne dit-on pas ? Il est vrai que je suis une débutante en yoga et que ma technique n’est pas parfaite, mais ça me fait un bien fou de le pratiquer, alors pourquoi m’en priverais-je ? Je m’y suis remise dès le lendemain matin, et plutôt que de me comparer aux autres, j’ai fermé les yeux pour me concentrer uniquement sur ma respiration. Les résultats sont remarquables, autant en ce qui concerne l’humeur que notre être tout entier. De petites douleurs constantes au dos et au nerf sciatique sont disparues lors de ce séjour. Je me suis senti épanouie, heureuse et vive d’esprit.

Le plus difficile quand on revient d’un voyage aussi enrichissant est de dire adieu aux gens qui nous ont accompagnée dans ce périple. Certains vivent à proximité, tandis que d’autres sont à plusieurs centaines de kilomètres. Conserver les bonnes habitudes prises lors de ce séjour est aussi un grand défi; la pratique du yoga, par exemple, semble moins accessible maintenant qu'a repris la routine du travail et des enfants. Le repas pris rapidement sur le pouce me rappelle aussi que je me sentais beaucoup mieux avec un régime léger contenant beaucoup de fruits, de légumes et de poisson. Cela dit, j'en rapporte une expérience incroyable que je n’oublierai jamais. Quand je me sens la tête lourde de questionnements ou qu’une douleur m’agace au niveau du dos ou des hanches, je me rappelle qu’il est peut-être temps de faire une petite salutation au soleil. Tout va mieux ensuite. Je ferme les yeux. Tout est beau. Pura vida !

Un de nos produits vous intéresse ?

Obtenez 15% de rabais sur votre premier achat en ligne en vous abonnant à notre infolettre

Recevoir mon rabais
Langue
Article précédent
Article suivant

Age verification

By clicking enter you are verifying that you are old enough to consume alcohol.

Recherche

Panier

Votre panier est vide.
Boutique